AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE

Aller en bas 
AuteurMessage
Yavanna
Admin
avatar

Féminin Capricorne Messages : 112
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 31
Localisation : Au pays des poulbots galopants et des mégères tachées de craie
Emploi/loisirs : Maîtresse pour apprentis assassins, gratteuse acharnée et bergère de moutons alcooliques
Humeur : Pneumonique

MessageSujet: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Sam 14 Jan - 18:21


Section consacrée au panthéon précolombien. Venez grimper les marches de la pyramide du soleil pour saluer la course de Inti, l'astre du jour, partez sur les traces du serpent à plumes et de Pachamama avant de vous perdre dans les temples de Cuzco, de Tikal, Uxmal ou Palenque à l'ombre de Viracocha... Mais vous pourrez également vous initier aux rites et croyances des indiens d'Amérique du Nord...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spacesheepcanfly.weebly.com
Yavanna
Admin
avatar

Féminin Capricorne Messages : 112
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 31
Localisation : Au pays des poulbots galopants et des mégères tachées de craie
Emploi/loisirs : Maîtresse pour apprentis assassins, gratteuse acharnée et bergère de moutons alcooliques
Humeur : Pneumonique

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Sam 14 Jan - 18:21

Kokopelli




Kokopelli est une divinité archaïque représenté sous les traits d'un flutiste bossu ou voûté, du panthéon amérindien du sud-ouest des actuels Etats Unis. Son culte date d'au moins 3000 ans. Son nom est formé des termes Navajo koko (signifiant bois) et pilau (bosse). Une autre interprétation étymologique basée sur la langue Zuni rapproche koko de Dieu et pelli du nom d’une mouche voleuse de dessert qui porte aussi une bosse et une trompe nasale proéminente (assimilable à la flûte que porte toujours Kokopelli). On retrouve aussi son nom écrit sous d'autres formes : Kokopilau, Kokopele, Kokopetiyot et Olowlowishkya.

Chez les indiens Anasazi, il était un symbole de fertilité, de joie, de festivité et de longue vie. C'est également un ménestrel, un conteur, un voyageur, un faiseur de pluie, un guérisseur, un enseignant, un magicien rempli d'humour, un séducteur et un fertilisateur. On peut ainsi le comparer au Dionysos grec (Bacchus romain), tout en lui prêtant le caractère farceur des représentants occidentaux du Petit Peuple.

Sans âge, il possède néanmoins la sagesse des Anciens, et il est dit qu'il est capable de dispenser une leçon de vie à chacun, son plue grand enseignement consistant à dire aux hommes de ne pas prendre la vie avec trop de sérieux et de rigidité. Il est surtout présent dans le pays du "Four corners", haut plateau à cheval sur quatre états (Nouveau-Mexique, Colorado, Utah et Arizona) dont l’intersection se trouve sur la réserve des indiens Navajos. Néanmoins des illustrations pariétales (peintures rupestres) le représentant ont été trouvées du Pérou jusqu'au Canada.

Le bossu musicien

Selon les légendes, la bosse de Kokopelli est remplie soit de graines, de plantes, de bébés à naître, de mocassins, de couvertures brodées, de chansons ou encore de substances médicinales, qu'il offre à ceux qu'il souhaite aider. En plantant les graines qu'il porte, il danse et joue de la flûte, insufflant ainsi le souffle de la vie dans les jeunes pousses. Il est pour cette raison particulièrement invoqué lors de la plantation du maïs et par les femmes souffrant de déficience de fertilité.

On peut l'entendre jouer de la flûte à l'approche du printemps, sa musique faisant en effet reculer l'hiver et apportant force et réconfort à la Terre fragilisée par la saison froide. Celui qui l'écoute est un chanceux, car ce joli concert divin lui apportera chance et prospérité. Lorsqu'il quitte un village qu'il vient de visiter, les récoltes abondent et toutes les femmes sont enceintes. Ce dernier aspect du mythe le dote souvent d'attributs masculins démesurés, parfois même détachable de son corps, capable de fertiliser les jeunes femmes se baignant. Lorsqu'une femme avait l'insigne honneur d'être choisie à cette fin par le dieu, elle l'appelait le "compagnon du temps d'un rêve", et voyait sa chance décupler.

Culte

Une divinté aussi positive ne pouvait qu'être révérée avec ferveur et amour. Ainsi, de nombreux peuples indiens ( Navajos, Hopi, Zuñi, Anasazi, Hohokam, Mogollon, Fremont, Hope, Mimbres et Tewa Nepokwa'i) lui vouaient jadis un culte assidu. de nos jours encore, les descendants des Taos et du peuple Acoma ne l'ont pas oublié.

Certains mythes lui attribuent une épouse (ou tout au moins un équivalent féminin), la Kokopelli Mana (mana signifiant femme, épouse, dans la langue des indiens Hopi). A l'instart de son homonyme masculin, elle séduit les hommes et les aide sexuellement pour soutenir leur fertilité.

Kokopelli à travers les âges

Kokopelli est un personnage particulièrement important pour les historiens d'art et les archéologues : en effet, il est le seul personnage d'art pariétal anthropomorphe à avoir un nom, une identité et un genre connu de nos jours. Il était probablement une divinité majeure du panthéon indien, à l'instart d'Osiris (dont il partage les vertus fertiles et sexuelles dans le sens sacré du terme) chez les égyptiens. D'ailleurs, les Indiens du sud ouest lui attribuaient la même constellation que celle qui était dévolue à Osiris : Orion. Son culte fut précieusement conservé, et c'est ainsi qu'il a pu nous parvenir avec tant de précision (ce qui est merveilleux lorsque l'on sait que les Indiens d'Amérique n'employaient qu'exceptionnellement l'écriture, au contraire des autres peuplades antiques, tels les grecs ou les égyptiens, qui consignaient leurs cultes avec soin dans des codex).

Ses représentations

En tant que figure pariétale, les représentations de Kokopelli font plus figure de pictogrammes que de portraits. Sa bosse est parfois représentée comme un arc qui couvre entièrement son dos, ou elle en couvre seulement la moitié inférieure. Ses bras sont habituellement représentés en forme de V avec les coudes dirigés vers le bas (c'est à dire vers la terre). Sa jambe avant est habituellement représentée en symétrie de la ligne formée par sa bosse. De même, sa jambe arrière est le plus souvent représentée en continuité de la ligne de son corps. La flûte, qui est en réalité un nez incroyablement long, est habituellement représentée comme une ligne droite, ou une paire de lignes droites (il arrive cependant qu'elle soit courbée). Le plus souvent, elle a une extrémité "bulbée" (comme l'extrémité d'une clarinette ou d’un tromblon). Un nombre pair d’éléments compose la crête sur son crâne. Dans la culture des Pueblos, la crête de fête représente les antennes de la sauterelle, auquel Kokopelli est parfois associé. Comme représentant du monde des esprits, il apparaît parfois avec des plumes sur la tête. Dans d'autres descriptions, la crête sur sa tête représente les rayons du soleil. Quand il est présent, le phallus de Kokopelli est exceptionnellement long et droit, symbolisant les graines fertiles de la reproduction humaine. Il est d'habitude étiré vers le haut du corps et est parfois seulement représenté comme une ligne unique ou une flèche. Son phallus est clairement peint sur un mur de plus de mille ans dans le Parc national Mesa Verde. Il est souvent dit que l'image de Kokopelli a été "nettoyée" au cours des années (son phallus est moins souvent visible) dû, en partie, à l'influence des prêtres catholiques qui ont opéré une campagne de conversion très poussée chez les habitants du Sud-ouest américain.


Dernière édition par Yavanna le Mar 17 Jan - 14:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spacesheepcanfly.weebly.com
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Dim 15 Jan - 23:27

Viracocha



Viracocha est le principal dieu des Incas, dieu créateur, roi de la foudre et des tempêtes. Il est parfois représenté comme un vieil homme portant une barbe (symbole du dieu de l'eau), une longue robe et transportant un sac.

Aussi orthographié Huiracocha, Wiracocha ou Wiraqocha, il était à l'origine adoré par les premiers habitants du Pérou et il fut intégré relativement récemment au Panthéon Inca, probablement sous l'empereur Viracocha Inca (mort en 1438), qui a pris le nom du dieu.

Avant Viracocha, le monde était sombre. Viracocha créa le soleil à qui il commanda de se lever derrière une roche noire, l'île du soleil qui émergeait du lac Titicaca. Il créa aussi la lune et les étoiles. Ensuite, Viracocha créa les tribus des Andes, qui sortirent des grottes, des sources au milieu de leur territoire respectif. Il leur attribua à chacune un costume, une langue et des traditions.

Selon certaines sources le personnage mythique de Viracocha existe dans une mutlitude de civilisations préeuropéennes d'Amérique du Sud et Centrale. Selon les différentes légendes de ces peuples, ce personnage aurait été de grande taille, de peau claire, avec une longue barbe et une grande toge, d'un style similaire à un moine.
Il aurait suivi une route allant du Nord vers le Sud, civilisant suivant ces légendes les différents peuples qui se trouvaient sur son passage et leur donnant des valeurs et des techniques, les faisant passer du statut de sauvage à celui d'homme civilisé, pour ainsi apprendre aux hommes les arts et les lois de la civilisation. Viracocha se présentait comme étant le fils du soleil.

Pour différentes raisons, il changeait de lieu, continuant sa route vers le Sud, jusqu'à quitter définitivement le continent américain sur un bateau partant vers l'ouest et la Polynésie.

Les différentes légendes concordent au niveau des qualités de Viracocha et de l'autorité naturelle qu'elles lui conféraient. Cette divinité porte différents noms en fonction des différents peuples, Viracocha, Quetzacoatl, Con, Tici..., mais garde ses attributs essentiels de fondateur de la civilisation.

La confusion entre ce dieu, qui était censé revenir, et les Européens aux traits physiques semblables (grands, de peau claire, barbus) explique la facilité avec à laquelle les Espagnols, et plus particulièrement les aventuriers Hernán Cortés et Francisco Pizarro (qui furent considérés par les autorités espagnoles hors la loi pour leurs expéditions), conquirent les puissants empires aztèques et incas. Ceci est toutefois aussi attribué à Quetzalcóatl.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Dim 15 Jan - 23:38

Pachamama



La Pachamama (Terre-Mère) est la déesse-terre dans la religion des Amérindiens d'Amérique du Sud. Elle constitue une déesse majeure de la culture Tiwanaku en Bolivie. Les Incas ont réalisé en son honneur des sacrifices de vigognes. Avec l'arrivée des Espagnols, l'imposition du Christianisme et l'influence du métissage, la Pachamama a commencé à régresser et à être remplacée par l'image de la Vierge Marie.

Le terme Pachamama a plusieurs sens : en quechua mama signifie mère mais aussi dame, maitresse; le terme Pacha est plus complexe car il renvoie à la notion de terre, de sol mais aussi de temps. Dans la langue aymara Pacha donne une idée de temps délimité. En tant que Terre-Mère elle est à la base de tout sur Terre, aussi bien êtres vivant que végétaux ou minéraux et aussi bien sur terre que sous la terre, et de tout ce qu'il l'entoure. C'est pourquoi il convient de lui rendre grâce, de lui faire des cadeaux, et de partager en retour les biens qu'elle offre.

Le crapaud est considéré comme messager de la Pachamama; c'est lui qui vient annoncer les maladies et les malheurs à tous ceux qui n'ont pas respecter leur engagement envers la terre-mère.

Avec l'arrivée des conquistadors et l'introduction du christianisme la Pachamama a été assimilée à la vierge et même de nos jours les offrandes de nourriture, feuilles de coca, cigarette et d'alcool (à 95° ou chicha) sont encore largement répandues dans les communautés campagnardes des aymaras et des quechuas, à travers une offrande appelée Challa ou Pago.



Rituel de Pachamama


Au nord-ouest de l’Argentine (à Humahuaca notamment), aux abords de la Bolivie, dans la Province de Jujuy, le rituel de Pachamama s’effectue durant tout le mois d’août.
Rituel d'offrande à la Pachamama.

Ce rituel s’organise entre tous les membres d’un village. Le lieu choisi est généralement dégagé et au point culminant de la ville. Pachamama vise à remercier la Terre pour les offrandes qu’elle nous a accordées durant l’année passée. On la sollicite également pour que l’année à venir soit fructueuse. Tour à tour les hommes et les femmes creusent un trou, appelé « la Boca », en référence à la bouche de la Terre.
Ils considèrent que c’est un canal qui va directement au cœur de la Terre. Une fois la bouche creusée, chacun d’entre eux allume deux cigares qu’ils disposent tout autour de l'orifice. La fumée qui s’en dégage sert à purifier l’environnement et à chasser les mauvais esprits. Les personnes présentes doivent à leur tour fumer pour montrer qu’elles sont saines.
En suivant, ils remercient la Terre en lui versant en son centre une eau bénite. Chacun à son tour, ils se mettent à genoux devant la bouche en la nourrissant de céréales, de feuilles de coca et de nombreux alcools dont la chicha (bière de maïs). L’alcool symbolise le fait que grâce à la Terre, l’Homme peut s’amuser et profiter de la vie.
Une fois tout le monde passé et tous les alcools consommés, ils nourrissent la bouche une dernière fois d’un mélange de purées de maïs et ils la referment chacun un petit peu en priant. À la suite, les hommes se mettent à jouer de la musique autour de la Boca et tout le monde chante en l’honneur de Pachamama.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Mar 17 Jan - 1:57

Quetzalcoatl



Quetzalcoatl est la divinité la plus influente du panthéon Aztèque. C'est le créateur de l'homme : prenant la forme du dieu à la tête de chien Xolotl, il est parvenu aux Enfers pour dérober les ossements des morts qu'il ramène à la vie en les arrosant de son propre sang. Quetzalcoatl est celui qui lui a enseigné la philosophie et la manière de survivre aux hommes.
C'est un Dieu généreux qui a pour adversaire Tezcatlipoca. Les prêtres de Tenochtitlan recevaient le nom de Quetzalcoatl. C'est donc un signe éminament religieux.
(littéralement « quetzal-serpent », c'est-à-dire « serpent à plumes de quetzal », en nahuatl) est le nom donné, dans le centre du Mexique, à l'une des incarnations du serpent à plumes, qui était une des principales divinités pan-mésoaméricaines.
Ses attributs représentent chacun un élément, qui sont:
un épis de maïs (la terre),
un poisson (l'eau),
un lézard (le feu)
un vautour (l'air).


Le culte de Quetzalcoatl semble originaire de Teotihuacán. Un chef toltèque de la période post-classique était appelé Quetzalcoatl, il s'agit peut-être du même individu connu sous le nom de Kukulcan et qui aurait envahi le Yucatan à la même période. Les Mixtèques eurent aussi un chef nommé le serpent à plumes. Au Xe siècle, un chef étroitement associé à Quetzalcoatl, Topiltzin Ce Acatl Quetzalcoatl (en), régnait sur les Toltèques. On prétendait qu'il était le fils du grand guerrier chichimèque Mixcoatl et de la déesse Colhuacano Chimalman, ou un autre de leurs descendants.

Quetzalcoatl se retrouve fréquemment dans la religion et l'art mésoaméricains pendant près de 2 000 ans jusqu'à la conquête espagnole. Parmi les civilisations qui pratiquaient son culte, on trouve les Olmèques, les Mixtèques, les Aztèques, le peuple maya et surtout les Toltèques. La vénération de Quetzalcoatl incluait parfois des sacrifices humains, bien que certaines traditions affirment qu'il était opposé à ces pratiques.

Prêtres et rois prenaient quelquefois le nom du dieu avec lequel ils étaient associés, ce qui fait que Quetzalcoatl ou Kukulkán est aussi le nom porté par des personnages historiques.


Les Toltèques avaient un système de croyance dualiste. L'opposé de Quetzalcoatl était Tezcatlipoca, qui est censé avoir envoyé Quetzalcoatl en exil. Une autre tradition affirmait qu'il s'en était allé volontairement sur un radeau de serpents, promettant son retour prochain.

Lors du débarquement de Cortés en 1519, l'empereur aztèque Moctezuma II crut tout d'abord qu'il s'agissait du retour de Quetzalcoatl, et le conquistador utilisera cette croyance dans sa conquête du Mexique.

La signification exacte et les attributs de Quetzalcoatl ont varié sensiblement entre les civilisations et au cours de l'Histoire. Quetzalcoatl était souvent considéré comme le dieu de l'étoile du matin et son jumeau, Xolotl, celui de l'étoile du soir, en fait la planète Vénus. En tant qu'étoile du matin, Quetzalcoatl était aussi connu sous le titre de Tlahuizcalpantecuhtli, littéralement « le maître de l'étoile de l'aube ». Il était aussi considéré comme l'inventeur des livres et du calendrier, comme celui qui avait offert le maïs à l'humanité, et quelquefois comme le symbole de la mort et de la résurrection. Quetzalcoatl était aussi le dieu tutélaire des prêtres et son nom était le titre porté par le grand prêtre des Aztèques.
Quetzalcoatl est aussi le dieu de l'intelligence et de la réflexion, une des représentations de Quetzalcoatl est Ehecatl, le Dieu du Vent.

La plus grande partie de la Mésoamérique croyait en un monde cyclique. La période courante était ainsi considérée comme le cinquième monde, les quatre précédents ayant été détruits par un déluge, le feu et d'autres catastrophes. Quetzalcoatl se serait rendu à Mictlan, le monde souterrain, et y aurait créé, avec l'aide de Cihuacóatl, le cinquième monde de l'humanité à partir des os des races précédentes, utilisant son propre sang pour leur infuser une nouvelle vie.

Quetzalcoatl et son jumeau Xolotl sont parfois considérés comme étant nés d'une vierge, la déesse Coatlicue. D'autres traditions le prétendent fils de Xochiquetzal et Mixcoatl.

Une histoire aztèque raconte que Quetzalcoatl fut séduit par Tezcatlipoca, puis qu'il s'immola par remords. Son cœur devint alors l'étoile du matin (voir Tlahuizcalpantecuhtli).

Son nom a été donné à un oiseau mexicain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Dim 5 Fév - 1:01

Le Popol Vuh


Très important document historique, littéraire et religieux concernant le peuple Maya-Quiché (Mexique méridional, Yucatán, Guatemala) le Popol Vuh peut être considéré comme la Bible d’un peuple qui avant Christophe Colomb fut parmi les plus civilisés du Nouveau Monde. Ecrit dans la langue Quiché en caractères latins (1557) on l’a longtemps attribué à tort à un certain Diego Reynoso.
Il fut découvert à Santo Tomas Chichicastenango à la fin du XVII ième siècle par le frère Francisco Ximénez qui le traduisit en espagnol. Cette version a été rééditée successivement:
- en allemand par C. Scherzer à Vienne (1857);
- en français mais avec quelques fantaisies par l’abbé Brasseur de Bourbourg (Paris 1861)
- en espagnol (trois éditions) par Justo Gavarrete dans l'Educacionista du Guatemala (1894-1896 et 1905) et Santiago I. Barberena (1923).
Parmi les autres tentatives plus ou moins heureuses de traductions citons celles de E. Pohorilles de Lipsia (1913) et celle de l’éminent américaniste français J. Raynaud (1925) ouvrage édité en espagnol (1927). Mais la version qui fait le plus autorité du point de vue de l’érudition et de la phonétique est sans doute celle d'Antonio Villacorta et Flavio Rodas (Guatemala 1927).


L’ouvrage qui comprend les récits de onze traditions du peuple Maya-Quiché nous renseigne sur:

1) la cosmogonie Quiché et ses concordances avec celle des Toltèques sur la création du monde et des êtres vivants ainsi que sur les grands cataclysmes.
2) la légende des divinités malfaisantes: Gukup Cakix et ses fils Zipacna et Capracan qui faisaient surgir les volcans mais qui furent tués Junajup et Ixbalamqué deux jeunes gens pleins de savoir et de bonté.
3) les entreprises légendaires des Ajup au pays de Xibalba et les premières invasions Toltèques au Guatemala.
4) la magnifique histoire de la princesse lxquic mère de Junajup et lxbalamqué tous deux nés mystérieusement: leurs noms sont d'ailleurs devenus les symboles des deux races rivales qui se disputent la possession du pays.
5) les progrès accomplis par ces deux frères et leur voyage à Xibalba région pleine de pièges et de périls où le premier d'entre eux trouva la mort.
6) la résurrection de Junajup et sa victoire Dnaléar les seigneurs de Xibalba.
7) apparition des célèbres chefs des familles Maya: Balam Quitzé, Balam Akap, Majucutaj et Iqui Balam; leurs pérégrinations sur les rives de l’Usumacinta et leurs luttes sans merci contre la nature et les hommes.
8 ) et 9) la conquête des monts Jacaguitz où fut inauguré le culte du Soleil et la très belle légende d'Ixtaj et d'Ixpuch les deux jolies filles qui tentèrent de séduire les nouveaux dieux.
10) et 11) les traditions ont trait au voyage que des chefs Maya firent en Orient et à l'histoire du peuple Quiché jusqu'à la conquête et aux destructions ordonnées par l'inexorable Pedro de Alvarado.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Lun 30 Déc - 19:56

Inti



Inti était l'incarnation du soleil et le patron de Tahuantinsuyu, l'empire Inca. C'est une force divine reconnue par tous les peuples andins. Son origine n'est pas connue de manière certaine : selon certains, il pourrait avoir été un totem de nature du Quechua ou bien celui d'un dieu d'une autre tribu. Il est représenté par un disque solaire à face humaine et entouré de rayons lumineux.

Selon la mythologie inca, il est le fils de Viracocha, dieu de la civilisation inca. Chaque jour Inti parcours le ciel vers l'ouest puis plonge dans la mer pour nager et revenir le lendemain matin à l'est et reprendre sa course céleste. Les incas avaient peur lors du coucher du soleil à l'ouest qu'il ne puisse pas nager pour réapparaître le matin suivant à l'est.

Chaque jour Inti parcourait le ciel vers l'ouest puis plongeait dans l'océan pour nager et revenir le lendemain matin à l'est pour reprendre sa course céleste.
Il était représenté par un disque solaire à face humaine et entouré de rayons lumineux.
Il était marié à Pachamama, la déesse de la terre, dont il eut quatre fils et autant de filles.
Inti ordonna à ses enfants de construire la capitale Inca,dans un lieu terrestre où un nuage divin de couleur dorée les transporta. Les Incas crurent que ce lieu était Cuzco. L'Inca était considéré comme le représentant sur Terre du dieu Inti.
Une représentation du dieu Inti fut volée par les conquistadores espagnols en 1571 et envoyée au Pape. Elle n'a jamais été retrouvée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7172
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Lun 30 Déc - 20:26

Etrange similitude avec la mythologie égyptienne : pour les égyptiens, Amon-Râ, le dieu solaire, naviguait sur sa barque de l'est à l'ouest avant de disparaître pour renaître et reprendre sa course chaque jour.
Pour les grecs, Hélios, le dieu-soleil, parcourait le ciel d'est en ouest sur son char chaque jour.
Tous les peuples ayant vénéré l'astre du jour ont semble-t-il eût la même "explication" sur sa course...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Albatur

avatar

Masculin Poissons Messages : 2237
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 44
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Lun 30 Déc - 20:40

L'or est d'ailleurs pour les incas le symbole du soleil et l'argent celui de la lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
VIC

avatar

Masculin Messages : 3295
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Lun 30 Déc - 21:09

J'ai l'impression qu'il s'agit plutôt de mythologie Précolombienne (Amérique du Sud), plutôt qu'Amérindienne, qui concerne les Peaux-Rouge de l'Amérique du Nord. Ce serait bien de différencier les deux.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7172
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Lun 30 Déc - 21:28

Juste remarque ! C'est fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Lun 30 Déc - 23:11

Le terme amérindien regroupe aussi les peuples précolombiens, sachant que ce sont des peuples d'Amérique.

Kokopelli est d'ailleurs surtout une divinité d'Amérique du nord.

Donc pour le titre il faudrait mettre plutôt mythologie précolombienne/amérindienne, ou bien séparer les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7172
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Mar 31 Déc - 9:52

OK, c'est parti pour les deux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Sam 4 Jan - 0:02

La légende du lac Titicaca


Le lac Titicaca à la frontière du Pérou et de la Bolivie, est un lieu magique à la fois par sa beauté de ses paysages et par les grandes légendes qui lui sont associées. Dès la civilisation de Tiahuanaco et même sans doute auparavant il a exercé une grande influence sur les peuples des Andes, comme le lieu de la création de la Terre mais aussi du cosmos tout entier.

Il y a fort longtemps, des hommes et des femmes vivaient heureux et tranquille dans la région de Titicaca qui était alors une vallée fertile ou rien ne manquait, la terre était riche et leur procurait tout ce dont ils avaient besoin. Sur cette terre on ne connaissait ni la mort, ni la haine, ni l’ambition.
Les Apus, les dieux des montagnes, protégeaient les Aymaras. Ils ne leurs interdisaient qu’une seule chose : personne ne devait monter au sommet des montagnes  où brulait le Feu Sacré.

Pendant longtemps, les hommes ne pensèrent même pas à enfreindre cet ordre des dieux. Mais un esprit malin condamné à vivre dans l’obscurité, ne supportait pas de voir les hommes vivre si paisiblement dans la vallée.
Il s’ingénia à diviser les hommes en semant la discorde. Il leur demanda de prouver leur courage en allant chercher le Feu Sacré au sommet des montagnes.
Alors un beau jour dès l’aube, les hommes commencèrent  à grimper au sommet des montagnes, mais à mi-chemin ils furent surpris par les Apus. Ceux si comprirent que les hommes leur avaient désobéi et décidèrent de les exterminer.
Des milliers de Pumas sortirent des cavernes et se mirent à dévorer les hommes qui suppliaient le diable de les aider.
Mais celui-ci restait insensible à leurs suppliques.

Voyant cela, Inti, le dieu du Soleil, se mit à pleurer. Ses larmes étaient si abondantes qu’en quarante jours elles inondèrent la vallée. Un homme et une femme seulement parvinrent à se sauver sur une barque  en jonc. Quand le Soleil brilla à nouveau, l’homme et la femme n’en croyaient pas leurs yeux : sous un ciel bleu et pur, ils étaient au milieu d’un lac immense. Au milieu des eaux flottaient des pumas qui s’étaient noyés et s’étaient transformés en statues de pierre.
Ils appelèrent alors le lac 'Titicaca', le lac des pumas de pierre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7172
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Sam 4 Jan - 11:14

Bon sang, j'ignorais complètement l'existence d'une mythologie consacrée à ce lieu unique et enchanteur, ce lac suspendu dans les hauteurs, entre le ciel et la terre (le plus haut lac navigable au monde, à 3812 mètres...)
Mais bon, le lieu est tellement magique que finalement, cette part de sacré se comprend.
Faut vraiment que j'aille faire un tour au Pérou un de ces jours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Sam 4 Jan - 19:28

Les mythes et autres croyances sont omniprésents en Amérique du sud, donc rien d'étonnant d'en voir sur ce majestueux lac.

J'ai très envie aussi d'aller au Pérou (merci les cités d'or), un pays, un passé qui me fascine et m'émerveille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5244
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Dim 5 Jan - 17:21

Warlock a écrit:


J'ai très envie aussi d'aller au Pérou (merci les cités d'or), un pays, un passé qui me fascine et m'émerveille.


Moi aussi. Pareil que toi : influencé par les cités d'or.  sunny 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Lun 13 Jan - 0:14

Manco Capac



Fils d'Inti et de Pachamama, Manco Capac, ou Ayar Manco, était le premier souverain légendaire des Incas, le fondateur de la dynastie inca appelée Hurin Cuzco. Son autre nom était en accord avec ceux de ses frères, qui comportaient tous Ayar comme premier élément.
Manco Capac fut le personnage principal de la mythologie liée aux origines de l'état et de l'hégémonie incas. Manco Capac était aussi le nom d'un des quatre rois qui apparaissent dans le mythe de l' « Homme Sans Nom », lié à l'origine de la division en quatre de l'empire inca.
Les Incas étaient d'ardents défenseurs de leur programme politique. Ils ne ménageaient pas leurs efforts pour démontrer la nature de leurs origines et pour convaincre les autres que leur propre lieu d'origine était le même que celui des Incas. Selon un prêtre jésuite du XVIIe siècle, Bernabé Cobo, cette ligne officielle était « due à l'ambition des Incas. Ils furent les premiers à adorer la grotte de Pacaritambo en tant que [lieu du] commencement de leur lignée. Ils affirmaient que tous les peuples étaient originaires de cet endroit et que pour cette raison, tous les peuples étaient leurs vassaux et devaient les servir. »
Dans le même temps, il semble que le mythe officiel de la création ait connu des variations.

On raconte que quatre frères et quatre sœurs sortirent de la plus centrale des trois "fenêtres" ou grottes de la montagne de Tambo Toco ("montagne à fenêtres"). Ils étaient les "ancêtres", et leur chef (le frère aîné) était Manco Capac. Les ancêtres conduisirent les hommes qui habitaient aux alentours de Tambo Toco à la recherche d'une nouvelle terre. Après une errance, ils atteignirent une colline surplombant la vallée de Cuzco. Plusieurs signes miraculeux les informèrent que c'était l'endroit où ils devaient s'installer. Ils descendirent de la montagne, vainquirent la résistance locale et prirent possession de la terre.

La légende affirme que le créateur Viracocha accorda à Manco Capac une coiffe et une hache d'armes en pierre, puis prédit que les Incas deviendraient de grands seigneurs et soumettraient de nombreuses autres nations. Ces deux revendications offrent le grand avantage de lier Manco Capac et l'Etat inca au lac Titicaca et à Tiahuanaco, endroit que les Incas savaient être vénérés dans toutes les Andes comme le lieu où commença le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Mar 21 Oct - 23:43

Ah Puch



Ah Puch, qui était aussi connu sous le nom de Hun Ahau ou Hun Hau ou Yum Cimil (dans le Yucatán), était le dieu de la Mort qui régnait en maître sur Mitnal, le neuvième et dernier monde souterrain et le domaine des morts et le principal rival d'Itzamna. Dans les codex il est repéré avec la lettre A.

Il est dépeint avec tous les attributs de Mort : sa tête est un crâne décharné, ses cotes et ses vertèbres sont visibles; et s'il reste sur son corps quelques morceaux de chair, elles sont gonflées et couvertes de cercles noirs qui suggèrent une décomposition avancée.

Il était donc représenté par un squelette ou un cadavre boursouflé par la putréfaction et orné de clochettes.

On a retrouvé une grande quantité de clochettes en or ou en cuivre dans le cénote sacré de Chichen Itza, où on les avait jetées vraisemblablement avec les victimes sacrificielles.

Ah Puch était bien évidemment un dieu malveillant comme semble l'indiquer sa représentation, ou les glyphes de son nom. Il était souvent associé à Buluc Chabtan qui était le dieu de la mort soudaine et des sacrifices humains.
Ses compagnons habituels étaient le chien et le hibou, créatures considérées comme un présage de maladie et mort.
CimiOn retrouve encore de nos jours cette vieille croyance indienne qui veut lorsque une personne meure on entende le hululement d'un hibou. Il était le protecteur de Mici (la mort), du sixième jour du mois maya (cimi) et du nombre dix. Il était associé à la couleur jaune et au Sud.

A la différence d'autres peuples de la Méso-Amérique, les Mayas avaient une grande peur de la mort. La famille du disparu observait un deuil très strict, pleurant en silence le jour et criant sa douleur la nuit venue. Sans doute craignaient-ils qu'Ah Puch qui rodait dans les parages soit à la recherche d'une nouvelle victime.

Les nobles préféraient la crémation et leurs cendres étaient placées dans une urne funéraire. Pour les autres gens, le corps du défunt était enterré derrière la maison, la bouche remplie de grains de maïs et les mains de perles de jade ou autre "monnaie".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Mer 22 Oct - 20:59

Les Mayas et l'au-delà




Les Mayas croyaient en l'existence de mondes successifs qui auraient été détruits par un déluge. Ils considéraient le monde comme composé de treize cieux, superposés les uns aux autres, et chacun dirigé par dieu.
Les hommes bons et vertueux menaient après leur mort une existence tranquille sous un arbre immense, Yaxche, qui étendait ses branches dans toutes les directions.
Là, oubliant toute leur fatigue et tous leurs tourments, rafraîchis par une brise fraiche qui soufflait et bercés par une musique douce, ils passaient le temps agréablement en conversations amicales et ils mangeaient une alimentation délicieuse.

Il y avait aussi neuf mondes inférieurs, également superposés, chacun avec son dieu spécifique, le plus bas étant dirigé par Ah Puch, ou seigneur de la mort.
L'enfer était sale, et crasseux. Ceux qui y demeuraient subissaient un froid horrible; persécutés par une faim tenace; épuisés de fatigue ils supportaient une angoisse perpétuelle. Comme si ce n'était pas assez, des milliers de mauvais esprits s'amusaient à les torturer et les soumettaient continuellement à des supplices inouïs.

Dans la mythologie Maya, Xibalba était le royaume des morts, où régnait le géant Hun Came. La route qui y menait était très dangereuse, semée d'embûches sans nombre, traversée par des torrents impétueux et bordée d'abîmes sans fond et son sol était jonché d'épines. Là vivaient les démons qui avaient osé défier les dieux.

Le Mitnal est l'Enfer souterrain où les défunts qui ont mené une mauvaise vie étaient torturés; c'était le neuvième et dernier monde où régnait Ah Puch dans l'obscurité et le froid éternels.


Dernière édition par Warlock le Mer 22 Oct - 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7172
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Mer 22 Oct - 21:07

Avec les anciens égyptiens, les civilisations précolombiennes étaient très portées vers la mort et l'au-delà... Là où la plupart des civilisations se contentaient d'un Ciel et d'un Enfer, les Mayas imaginaient tout un univers, complexe, structuré et hiérarchisé. Les défunts étaient enterrés avec grand soin et soigneusement parés (pour les puissants s'entend...). Certes, beaucoup de civilisations enterraient leurs morts avec égards, mais on sent bien chez les précolombiens un souci, une préoccupation particulière pour "l'autre monde"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Mer 22 Oct - 21:31

Les peuples précolombiens accordaient une place très importante dans leur culture à la mort c'est certain.
Ils croyaient à une vie après la mort et selon les actions du défunt dans sa vie terrestre il se retrouvait après sa mort soit au paradis soit aux enfers. La vie terrestre était donc très importante et primordiale, pour une place au paradis par la suite.

Chez les Aztèques les sacrifiés, de même que les guerriers tombés au combat et les femmes mortes en couches étaient promis à une éternité bienheureuse, tandis que les morts ordinaires, pensait-on, devaient subir quatre années d'épreuves dans le royaume souterrain de Mictlantecuhtli (le Pluton aztèque) avant de disparaître dans le néant. Mais les morts que Tlaloc le dieu de la pluie avait « distingués» en les appelant à lui (par noyade, hydropisie, affections pulmonaires, etc.) devaient jouir dans l'au-delà d'une vie paisible dans l'abondance du paradis.
C'était des croyances très élaborées, avec des mondes bien hiérarchisés, ou chacun avait sa place, en fonction de ses actions et de sa mort dans la vie terrestre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Mer 16 Sep - 18:54



Mama Quilla ( Mère-Lune) est la déesse de la lune, protectrice des femmes mariées. Sa représentation est un disque d'argent avec un visage humain. Dans le panthéon inca, la déesse lunaire, Mama Quilla, était le complément naturel du dieu solaire. Comme le chef inca a été associée avec le Soleil, son épouse en titre était associée à la Lune. Et, tout comme l'or était considéré comme la sueur du Soleil, l'argent était considéré comme les larmes de la Lune.

Au début des temps, elle était plus brillante que le soleil et Inti, jaloux de son éclat, lui jeta une poignée de cendres au visage de afin d'être toujours le plus lumineux des deux. La Lune était particulièrement importante pour les Incas pour calculer le calendrier des travaux agricoles, des festivals, et de nombreux rituels ont été basés sur les cycles lunaires. La Lune qui avait son propre temple à Cuzco et un autre au Machu Pichu, était servi par ses propres prêtresses. Elle est la fille de Viracocha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7172
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Dim 20 Sep - 14:10

La dualité (complémentaire) soleil-lune est commune à beaucoup de civilisations. Souvent, le soleil est masculin, symbole de force et de rayonnement et la lune est féminine, plus secrète et mystérieuse. Les deux sont opposés mais complémentaires, se succédant en un cycle sans fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
dav-ID

avatar

Masculin Taureau Messages : 358
Date d'inscription : 05/12/2014
Age : 39

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   Dim 4 Fév - 19:59

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE   

Revenir en haut Aller en bas
 
MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MYTHOLOGIE PRECOLOMBIENNE/AMERINDIENNE
» musique amerindienne
» La mythologie de Falling Angels
» japon mythologie avant Shogun 2
» The Crow, Le corbeau et la mythologie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA PISTE DES MYSTERES :: L'autel-
Sauter vers: