AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 PARLONS PHILOSOPHIE...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant
AuteurMessage
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Sam 22 Oct - 21:43

Je parle peut-être pour moi alors. En tout cas, cette phrase d'André Gide me conforte dans la conduite de ma vie. J'essaie de ne jamais me poser de problèmes. Ou du moins de trouver des solutions avant qu'ils ne se posent.

C'est ma manière d'être dans mon existence. Il est vrai que j'ai un naturel optimiste.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Dim 23 Oct - 8:54

Mouais... Je suis plus que dubitatif sur toute cette "philosophie du bonheur", très en vogue actuellement, pensée positive, recherche du bonheur... Faut positiver, c'est presque suspect maintenant d'être simplement mélancolique ou d'un caractère posé et réservé.

Le truc "don't worry, be happy", "souris à la vie et elle te sourira", pour moi, c'est naïf et utopique. Et ça devient chiant même cette gaité forcée... Tu peux pas être joyeux et heureux en permanence, tu as des coups de blues, de cafard, des mauvaises passes, comme tout le monde. Je vais pas me forcer à sourire et faire semblant d'être heureux si j'ai les couilles de travers... Il y a des moments où je suis d'humeur sombre, où j'ai pas envie de sourire et je vous emmerde.

J'essaie de ne jamais me poser de problèmes

T'inquiète, c'est eux qui viendront se poser...

Ou du moins de trouver des solutions avant qu'ils ne se posent.

Je comprends pas trop comment tu peux envisager des solutions à un problème qui n'est pas encore arrivé...

Pour moi, le bonheur, c'est profiter de l'instant, des bons petits moments qui passent, qui sont là et tenter de gérer les emmerdes du mieux possible quand ils arrivent. Je suis plus du genre : "l'important n'est pas de ne jamais tomber, l'important est de se relever quand on tombe".
Après, j'ai quand-même, c'est vrai, une nature plutôt mélancolique... J'aime les grandes musiques épiques, les tragédies, les histoires sombres emplies de fatalité et de destins, les personnages complexes, voire torturés, les artistes maudits...
Je rigole, j'ai des fous-rires et des moments joyeux, heureux, comme tout le monde mais je reste quand-même plus mélancolique qu'autre chose. Avec une forte pointe de cynisme aussi (Desproges, je t'aime...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
cdang



Masculin Messages : 882
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Dim 23 Oct - 10:01

Alors, je crois que si on pose la définition d'un problème, tout devient évident :
Larousse a écrit:
4. Difficulté souvent complexe, à laquelle on est confronté
Dire qu'il n'y a jamais de problème signifie que soit on est jamais confronté à une difficulté, soit la situation est toujours simple.

L'un comme l'autre me semblent quand même grossièrement faux.

Après, si on lit bien la phrase de Gide, on peut comprendre : « Si on trouve une solution à un problème, c'est que cela n'en était pas un. » Mmmm, toujours pas d'accord. La solution a pu demander beaucoup de moyens (humains, temps, matériel, sacrifice) pour être élaborée.

Après, on comprendre la phrase de Gide comme : « La plupart des situations que l'on imagine être des problèmes n'en sont pas. » Là, je suis plus d'accord, pour un français du XXie siècle. Si on regarde se dont a besoin l'humain, en hiérarchisant, par exemple, avec la pyramide de Maslow
en commençant par le bas (besoins fondamentaux, ce dont on a besoin pour survivre) : respirer est un automatisme, donc ce n'est généralement pas un problème, sauf à la fin. Mais justement, pour retarder cette fin, réussir à maintenir cette respiration est une des principales préoccupations de la médecine d'urgence, qu'on a mis plusieurs millénaires à comprendre (donc complexe, donc problème). Boire, se nourrir est pour nous assez simple (ouvrir le robinet, prendre l'argent sur son compte en banque et aller au (super)marché), mais c'est très récent et surtout très local. La sexualité ? En principe, c'est simple, on se tripote mutuellement (ou pas, d'ailleurs) les parties génitales, dans la pratique, tout le monde n'est pas heureux de ce point de vue.

Deuxième niveau : la sensation de sécurité. La sécurité de manière générale est un domaine complexe, celui de la cindynique. Mais attention, pour Maslow, c'est bien l'impression qui importe. On est paniqué par quelques fous qui ont tué tragiquement 300 personnes en deux ans, mais on râle contre l’État quand il met en œuvre des mesures de sécurité routière pour éviter 4 000 morts par an.

Bon, je ne vais m'arrêter au 2e niveau. Et après, il y a des problème situations comme « comment enseigner à lire et écrire à 30 enfants tous différents », « comment éteindre un incendie dans une raffinerie pétrolière », « comment gérer la boîte pour maintenir les emplois »…

Dans le même ordre d'idée, on peut aussi lire la phrase : « s'imaginer qu'on a réussi à traité une situation complexe est valorisant, mais la plupart du temps c'était une situation simple. »

Donc : je suis d'accord pour dire que la plupart des situations touchant un Français de 2016 méritent d'être dédramatisées. Personnellement, tant qu'on — ma famille, les gens que j'aime et moi — est en bonne santé et qu'on a un toit et de quoi bouffer, j'ai tendance à considérer que les autres difficultés sont d'ordre secondaire. C'était un truc qui énervait ma femme : elle avait l'impression que je me foutais de tout, que je prenais les choses à la légère. Et puis la même année, deux camarades de classe de mon fils sont morts d'un cancer, là elle a compris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Dim 23 Oct - 10:30

On rejoint là la philosophie d'Epicure (voir le sujet Philosophie, les grandes écoles de pensée) : la distinction entre les besoins nécessaires et les besoins superflus et savoir se contenter de l'essentiel pour être heureux. Le tout afin de parvenir à l'ataraxie, c'est à dire l'absence de problème, de trouble.
On peut objecter que ce système de pensée a ses limites puisqu'il y a toujours des problèmes qui nous tombent sur la gueule malgré nos efforts. Mais Epicure va très loin puisque dans son système, la mort elle-même n'est pas à redouter : tant que je suis vivant, elle n'est pas là. Et le jour où elle sera là, moi je ne serai plus pour m'en plaindre ou m'en désespérer. Donc profitons de l'instant présent, sans excès ni désirs superflus (qui apportent le trouble).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Dim 23 Oct - 10:33

Voyageur Solitaire a écrit:


Le truc "don't worry, be happy", "souris à la vie et elle te sourira", pour moi, c'est naïf et utopique. Et ça devient chiant même cette gaité forcée... Tu peux pas être joyeux et heureux en permanence, tu as des coups de blues, de cafard, des mauvaises passes, comme tout le monde.

Mais il y a justement deux choses à prendre en compte : ce qui t'arrive et qui dépend de toi et ce qui t'arrive en pleine face et qui ne dépend pas de toi.

Il y a des choses pour lesquelles tu t'engages, tu en es responsable et donc si ça foire, inutile de reporter la faute sur d'autres, c'est toi et toi seul le seul fautif. Il faut donc faire en sorte que tout se passe bien. C'est dans cet état d'esprit que j'accomplis tout ce que j'entreprends. Je pense toujours "gagnant" jamais "perdant". Je vais me donner les moyens de réussir et me livrer à fond, sans envisager l'échec ou la défaite. C'est une forme de pensée positive. La victoire, la réussite, dépendent de cet état d'esprit.

Ensuite, oui, il y a les choses qui te tombent dessus sans que tu y sois pour quelque chose. Cela m'arrive aussi. Le monde est ainsi fait et je sais bien que l'imprévu peut frapper à ma porte. Je ne suis ni naïf ni utopiste : le monde n'est pas un univers de Bisounours. Mais, tel un capitaine au long cours, je sais maintenir mon cap. Je ne dévie jamais de ma trajectoire. Je franchis les obstacles avec le même esprit positif, j'improvise, je m'adapte et si le problème est trop grand, et bien, au lieu de m'acharner, je le contourne, je passe ailleurs. Peut-être alors que je n'ai pas la solution sur le moment, ce n'est que provisoire, je n'ai pas les moyens pour le résoudre dans l'instant, alors je vais voir ailleurs. Ce n'est pas baisser les bras. C'est chercher simplement une autre voie quand celle qui se pose devant moi est actuellement bouchée et apparemment sans issue.

Je sais que cet état d'esprit qui est le mien est assez particulier. Il n'est pas donné à tout le monde. J'ai bientôt 43 ans et j'ai toujours agi ainsi, dans ma vie scolaire, étudiante, professionnelle... et je pense ne pas avoir trop mal réussi, bien au contraire. Maintenant, oui, c'est à chacun de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Dim 23 Oct - 10:41

Gorak a écrit:
Je pense toujours "gagnant" jamais "perdant"... sans envisager l'échec ou la défaite.

Pas moi. J'envisage toujours la possibilité d'un échec, ne serait-ce que pour mieux m'y préparer. Je ne suis pas foncièrement défaitiste, j'aime entreprendre, mais je sais que rien n'est jamais acquis d'avance, je ne vends pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Un projet, une œuvre, une élection, n'est abouti ou gagné que quand tu l'as abouti ou gagné. "Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras". Pour moi, tout peut arriver, le meilleur comme le pire, à tout moment, et j'envisage donc toujours un possible échec, ne serait-ce que pour me ménager une sortie dans cette éventualité.
Et puis, si ça marche, la surprise et la satisfaction n'en sont que plus grandes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Dim 23 Oct - 10:52

Je ne suis pas un mauvais perdant. Si j'échoue, j'essaie de comprendre les raisons de mon échec et où ça a foiré. Je n'accuse jamais personne. J'ai essayé, j'ai joué, j'ai perdu... tant pis, je recommencerais la prochaine fois.

Des échecs, j'en compte aussi. Mais cela ne me démoralise pas. Je te dis : si l'obstacle est trop grand, je préfère passer à côté - provisoirement - plutôt que m'acharner dessus. Je trouve une voie de substitution et lorsque les circonstances, l'expérience - surtout - seront meilleures, je reviendrais au problème qui m'a fait chuter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Astre*Solitaire



Masculin Messages : 959
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Dim 23 Oct - 12:06

Le problème (vous apprécierez l'ironie ^^) c'est que la phrase de Gide est inutilement compliquée. Gide ne dit pas vraiment qu'il n'y a pas de problème ; il dit qu'il n'y a que des solutions. Or, les solutions à un problème ne tombent pas toutes faites du ciel. C'est une philosophie du courage, de l'action, de l'entreprise qui sous-entend de se retrousser les manches et de ne pas désespérer pour rien, mais aussi une certaine forme de volontarisme qui cherche à voir toujours un espoir - une solution - même pour des problèmes qui apparemment n'en ont pas. On peut donc bien parler de volontarisme ... pour le moment. La seconde partie de la citation, elle, est vraiment tarabiscotée et de mon point de vue, fausse - parce qu'elle dissocie l'homme de l'événement. Elle fait du problème/solution une entité préexistante, un problème qui de facto génère sa solution ; ou plutôt le fait que parce qu'il y a un problème, c'est que forcément une solution existe, l'un n'allant pas sans l'autre - et comme l'esprit de l'homme est vu ici de manière défaitiste, illusionnée, il ne voit pas la solution, mais uniquement le problème - et il s'arrête, terrassé par l'impossibilité d'action suggérée par le problème. C'est avec le "ensuite" que je ne suis pas du tout d'accord parce que le concept problème/solution est une question de nature ontologique qui nous questionne sur notre comportement face au fait d'exister - et Gide replace cette question, avec son adverbe, sur une ligne davantage épistémologique qui chercherait à critiquer ce même comportement. La question soulevée n'est donc plus du simple ressort du volontarisme mais de l'idéalisme à la Berkley (où le monde extérieur n'existe que par les idées que nous en avons) - profession de foi qui croit plus en l'homme et dans sa capacité à se représenter une image du monde, que l'homme lui-même. Je crois que cette idée a été notamment combattu par Sartre dans le sens où l'on choisi librement d'appliquer notre volonté, notre courage, nos actes, à la situation. Voir les solutions, c'est chercher à les voir - c'est donc bien une prise de position sur l'existence - niveau ontologique de la liberté - face à un niveau plus pragmatique de se comporter ainsi face à l'événement. La vraie question - me semble-t-il - est donc de savoir si l'on est ou non d'accord avec l'idée que solution et problème ne sont que deux faces différente d'une même pièce...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 882
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Dim 23 Oct - 17:37

Voyageur Solitaire a écrit:
On rejoint là la philosophie d'Epicure (voir le sujet Philosophie, les grandes écoles de pensée) : la distinction entre les besoins nécessaires et les besoins superflus et savoir se contenter de l'essentiel pour être heureux. Le tout afin de parvenir à l'ataraxie, c'est à dire l'absence de problème, de trouble.
En gros oui, mais pas tout à fait. Car ce qui fait l'intérêt de la vie pour moi, ce ne sont pas mes besoins fondamentaux, c'est tout ce qui est superflu justement (et qui du coup ne l'est pas), genre le cinéma, la musique, le jeu et la littérature (ce moi-ci je me suis encore mis à découvert en achetant des bouquins). Mais savoir se contenter de plaisirs simples au risque d'être frustré de ne pouvoir les satisfaire.

Plutôt que « se contenter de ce qui est essentiel », je dirai plutôt « ne réellement s'inquiéter que pour ce qui est essentiel. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2470
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Dim 23 Oct - 18:27

Chacun à sa vision du bonheur.

Personnellement tout comme VS je suis d'une nature mélancolique, j'aime les choses tristes, les musiques mélancoliques, la dramaturgie dans la créativité. Tout ce qui est musique joyeuse et colorée j'ai souvent du mal, trop happy pour moi. Par contre les musiques tristes, sombres et mélancoliques j'adore. Tout comme les auteurs et poètes maudits.

Cela étant j'adore rigoler et plaisanter, et j'ai beaucoup d'humour. Le tout c'est de ne pas sombrer, et de se relever quand on se prend un mur.

Je me prépare également à l'échec histoire de ne pas être trop déçu, ainsi je serai préparé au cas ou. Après je suis également excessif et passionné ce qui n'aide pas pour la stabilité, mais c'est ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Dim 23 Oct - 19:36

Une pensée de Friedrich Nietzsche sur le travail :


A faire connaître à son employeur ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Dim 23 Oct - 20:01

Warlock a écrit:
Après je suis également excessif et passionné ce qui n'aide pas pour la stabilité, mais c'est ainsi.

Ah, on en avait déjà parlé plus haut. Heureusement, je tiens de ma mère un certain équilibre, un côté "raison et logique", assez rationnel, qui me sert de garde-fou car sinon, je sais pas si je serais encore là...
J'ai longtemps lutté contre mon côté passionné et passionnel et ça s'est révélé épuisant. Heureusement, l'âge et l'expérience venant, ça s'est calmé, apaisé. Mais j'ai eu une période assez "chien fou" et passionnée étant plus jeune, poussé de surcroît par une très forte curiosité intellectuelle. De quoi se brûler les ailes, ce qui me serait certainement arrivé sans ma compagne de l'époque et mon ami d'enfance qui ont su me rattraper à certains moments.
J'en ai gardé une fascination toujours présente pour les gens qui ont consumé leur vie, les destins flamboyants et tragiques, les personnages hors-normes et "bigger than life" comme disent les américains... Il y a eu une époque où j'aimais les artistes maudits, les poètes tragiques, où j'aimais l'idée de décadence avec ses excès, sa somptuosité, ses pompes et ses flamboyances (et la découverte de Clark Ashton Smith à cette époque n'a rien arrangé, lol !). Une époque où l'idée d'une vie "normale" me paraissait le comble de l'insipide, de l'ennui... C'est sans doute une des raisons pour lesquelles la Fantasy, la SF et d'autres genres ont pris une place si importante dans ma vie... Les très nombreux voyages viennent de là aussi, en partie, sans doute. Oui, c'était une exaltation de vie (pour sortir les grands mots), j'avais l'impression que je ne pouvais pas vivre "tranquillement", il me fallait du mouvement autour de moi, des gens, des envies, des projets... Tout m'intéressait, je voulais tout voir, tout faire, tout savoir... Au risque de m'éparpiller plus qu'autre chose d'ailleurs...

Aujourd'hui, j'ai bien changé, j'ai appris à canaliser et contrôler tout ça. Mais parfois, la petite flamme se rallume, je me dis que je vieillis, que je m'embourgeoise, que j'ai abandonné mes rêves... Pas facile...

(Allô, Docteur Freud ? C'est VS. Vous êtes libre pour une consultation cette semaine ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Youpi l'alchimiste



Masculin Messages : 504
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Lun 24 Oct - 4:09

Toujours a propos de la pensée de Gide,  je vois cela comme un appel à l'action. Toute situation est un prétexte pour avancer et évoluer en tant que personne, toute action étant le début d'une solution et suceptible de changer la donne. Je rejoins donc Astre*Solitaire dans son analyse et sur le volontarisme de la citation.

Finalement le principale frein n'est autre que nous même qui par prudence, peur ou tout autre raison transformons une situation en raison de ne pas agir. Notre esprit cré le problème afin de conserver le statu quo plus confortable qui ne mène finalement nulle part mais qui ne demande aucun effort.


Donc ne dites plus : Neitzsche a un problème avec le travail
Mais dites : Neitzsche est une grosse feignasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC



Masculin Messages : 2736
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Lun 24 Oct - 8:01

Gorak, arrête stp d'enfiler les citations l'une après l'autre, ça va desservir le sujet car on n'a pas le temps de répondre calmement qu'on est déjà passé à la suivante. Et on ne va pouvoir gérer 4 citations simultanément. On devrait laisser au moins 2 jours entre deux citations, à vue de nez.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 882
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Lun 24 Oct - 10:00

Warlock a écrit:

Personnellement tout comme VS je suis d'une nature mélancolique, j'aime les choses tristes, les musiques mélancoliques, la dramaturgie dans la créativité.
Oui, mais c'est àmha un autre débat. 'fin, je ne suis pas sûr qu'il y ait un rapport entre être optimiste ou pessimiste de nature et aimer tel ou tel type d'ambiance artistique.

Voyageur Solitaire a écrit:

(Allô, Docteur Freud ? C'est VS. Vous êtes libre pour une consultation cette semaine ?)
Ah putain non, pas lui. 'fin, si tu veux, mais je ne sais pas si une personne qui a analysé la société bourgeoise de Vienne à la fin XIXe-début XXe te sera utile à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Lun 24 Oct - 11:52

VIC a écrit:
Gorak, arrête stp d'enfiler les citations l'une après l'autre, ça va desservir le sujet car on n'a pas le temps de répondre calmement qu'on est déjà passé à la suivante. Et on ne va pouvoir gérer 4 citations simultanément. On devrait laisser au moins 2 jours entre deux citations, à vue de nez.

D'accord. En fait, je suis en train de faire quelques (re)lectures d'ouvrages qui me plaisent en ce moment et je note des phrases qui me semblent importantes. Aussi il me plait de vous les faire partager.

Mais, promis, je vais vous laisser "respirer" entre chacune... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2470
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Lun 24 Oct - 22:39

cdang a écrit:

Oui, mais c'est àmha un autre débat. 'fin, je ne suis pas sûr qu'il y ait un rapport entre être optimiste ou pessimiste de nature et aimer tel ou tel type d'ambiance artistique.

En général les gens très optimistes n'aiment pas forcément les œuvres mélancoliques, du moins de ceux que je connais, ou que j'ai pu connaître. C'est généralement l'inverse, bien sur on trouve de tout, mais c'est souvent le cas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 882
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Mar 25 Oct - 10:25

Warlock a écrit:
cdang a écrit:

Oui, mais c'est àmha un autre débat. 'fin, je ne suis pas sûr qu'il y ait un rapport entre être optimiste ou pessimiste de nature et aimer tel ou tel type d'ambiance artistique.

En général les gens très optimistes n'aiment pas forcément les œuvres mélancoliques, du moins de ceux que je connais, ou que j'ai pu connaître. C'est généralement l'inverse, bien sur on trouve de tout, mais c'est souvent le cas.
Avec tout le respect que je te dois : bullshit. On ne fait pas de statistiques sur des petites séries.

Tiens, je recommande l'écoute régulière de l'émission d'Eva Bester « Remède à la mélancolie » sur France Inter (le dimanche de 10 h à 11 h).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Mar 25 Oct - 11:53

D'autant que l'on peut être aussi un optimiste pessimiste ou un pessimiste optimiste. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2470
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Mer 26 Oct - 0:50

cdang a écrit:

Avec tout le respect que je te dois : bullshit. On ne fait pas de statistiques sur des petites séries.

Petite série de 38 ans, donc pas si petite que ça. Et je ne parle pas de ce que j'ai pu lire, entendre, ou écouter sur le sujet.

Après bien sur on rencontre de tout, partout. Mais le coté pessimiste mélancolique artistique, est récurent et le plus fréquent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 882
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Mer 26 Oct - 8:57

Warlock a écrit:
cdang a écrit:

Avec tout le respect que je te dois : bullshit. On ne fait pas de statistiques sur des petites séries.

Petite série de 38 ans, donc pas si petite que ça.
Je te parle du nombre de personnes. En-dessous d'une centaine, et encore choisies totalement au hasard ou bien selon des critère de représentativité (pour éviter les biais), on ne peut tirer aucune conclusion. Surtout que les personnes que tu connais, et surtout dont tu connais les goûts en terme de littérature (je connais les goûts d'assez peu de mes connaissances, en fait), présentent probablement un faible variété en termes géographique et socio-culturel. Déjà, rien que le fait que tu ai discuté littérature avec quelqu'un indique un biais (ce n'est pas la discussion qui crée le biais, c'est le fait que cela sélectionne des gens qui aiment lire).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire



Masculin Messages : 959
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Mer 26 Oct - 13:57

Pour reprendre les dire de Warlock et de Cdang, est-ce fondamental comme débat ? Je veux dire, je ne pense pas que Warlock nous proposait une analyse scientifique, données à l'appui, sur les relations existantes entre un état émotionnel prépondérant et l'attirance générale vers une ambiance artistique. Il livrait davantage, à mon avis, un ressenti d'ordre général sur ses expériences particulières - forcément limitées à sa propre personne. Donc je pense que vous ne vous trouvez pas du tout sur la même longueur d'onde et que stricto sensu, on pourrait arguer que vous avez tous les deux raisons - Cdang sur un plan de la méthode et Warlock en ce sens que peu importe qu'il énonce une vérité ou non, il nous informe d'un fait qu'il estime comme pertinent - de son point de vue qui, quoi que l'on en dise, demeure celui avec lequel il perçoit le monde. Or dans ce domaine, par définition, nous sommes toujours subjectifs - et donc le biais dans son essence, fait naturellement partie de l'analyse. Mais peut-être est-ce moi qui m'illusionne ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 882
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Mer 26 Oct - 14:43

Alors, mon point de vue sur la chose, c'est qu'il me paraît éminemment caricatural de dire que la plupart des mélancoliques aiment des œuvres mélancoliques, et la plupart des optimistes tombent dans les œuvres feel good.

Ça ne colle pas avec ce que j'ai constaté, et ça heurte mes convictions humaines. Ça justifie les démarches mercatiques catégorielles du genre jouets pour filles, films de filles.

Après, le côté « méthodologique », ça a quand même à voir avec la philosophie, la recherche de la vérité. La généralisation hâtive à partir de peu d'exemples est quand même un biais de raisonnement à la fois fréquent et « nuisible ».

Mais sinon, t'en fais pas, je vais pas en faire une maladie ^_^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2470
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Mer 26 Oct - 17:22

cdang a écrit:

Ça ne colle pas avec ce que j'ai constaté, et ça heurte mes convictions humaines.

On en revient à la subjectivité, on a constaté deux choses différentes de notre coté tout simplement. Ce qui est normal, on a pas le même vécu, ni la même approche. Astre a vu plutôt juste sur ce que je pensais.

Personnellement je ne généralise pas, je constate juste que la plupart des gens mélancoliques que j'ai pu connaître, ou bien lire sur le sujet, ou entendre, étaient plus proches des œuvres mélancoliques, que celles happy. Bien évidemment on retrouve l'inverse également.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Mer 26 Oct - 17:58

Pour ma part, c'est par période je dirais : j'ai des moments où je suis dans le feel good pour reprendre l'expression de cdang et où je regarde des films légers, où j'écoute des musiques entraînantes, festives, genre disco ou funk. Et j'ai des périodes où c'est du Basile Polédouris et de grands films épiques ou dramatiques (pour ne parler que de musique et de cinéma mais ça s'étend à d'autres domaines).

Après, il faut nuancer : je ne suis ni lunatique ni cyclothymique. Et quand je suis dans un moment mélancolique, je ne suis pas dépressif pour autant, on peut éprouver un réel plaisir à écouter un morceau triste ou simplement mélancolique, à le trouver beau tout simplement, sans pour autant avoir envie d'ouvrir la fenêtre ou le gaz... Mélancolique ne veut pas forcément dire faire la gueule ou être triste.
Je reste très sociable et peut être un joyeux et sympathique compagnon mais il y a quand-même en moi un fond de mélancolie qui a toujours le dernier mot. Par exemple, même au cœur d'une soirée agréable avec des gens que j'aime, il y a toujours un petit moment où je vais m'isoler, me mettre en retrait, au calme si possible, avant de revenir (A l'époque où je fumais, c'était le moment d'en griller une dans le jardin ou sur le balcon).
Des fois, c'est chiant, les autres ne comprennent pas ton silence ou ta tranquillité : t'es bien, tranquille, en train de bouquiner ou rêvasser et là, t'as toujours un emmerdeur, une emmerdeuse qui (avec les meilleurs intentions du monde d'ailleurs) vient te dire :"ça va pas ? Tu dis rien, tu fais la gueule ? J'ai dit quelque chose qu'il fallait pas ?"
Chiant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PARLONS PHILOSOPHIE...   Aujourd'hui à 13:32

Revenir en haut Aller en bas
 
PARLONS PHILOSOPHIE...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 13 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» PARLONS PHILOSOPHIE...
» [Lecture première] De la Philosophie de l'Alchimie
» La philosophie du coquillage (Shiina-chan + you ! (libreuh))
» Cours de Philosophie (Ouvert à toutes et à tous !)
» Parlons peu (!) mais parlons bien.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON PRINCIPAL :: Le salon-
Sauter vers: